Les examens complementaires

  • Scanner et Arthroscanner
  • Les radiographies
  • IRM et Arthro-IRM
  • Echographie
  • Scintigraphie
  • Electromyogramme

Qu’est-ce qu’un arthroscanner ?

Un arthroscanner est un examen complémentaire demandé par le chirurgien ou votre médecin. Cet examen effectué par un médecin radiologue consiste à réaliser une arthrographie puis un scanner du poignet.
Le terme arthrographie signifie que l’on injecte à l’aide d’une aiguille un liquide iodé opaque aux rayons X dans l’articulation puis des radiographies durant le remplissage progressif. Un scanner de cette articulation est effectué immédiatement sans injection supplémentaire pour mieux analyser l’articulation.

Pourquoi faire un arthroscanner ?

Pour adapter son traitement au mieux votre chirurgien peut vouloir connaître l’état de votre articulation. L’arthroscanner constitue l’un des examens les plus précis parmi les moins invasifs pour se faire une idée et confirmer des lésions. En effet, les radiographies ne montrent que les lésions osseuses et ne peuvent que laisser suspecter sans les montrer des lésions des ligaments ou des cartilages.

Pourquoi voit-on mieux les lésions avec un arthro-scanner qu’avec une arthrographie simple?

Le produit de contraste iodé injecté dans votre poignet silhouette les cartilages et les ligaments et permet de détecter des perforations, des diminutions d’épaisseur et des anomalies morphologiques. Malheureusement les éléments analysés sont très petits et les radiographies ne permettent pas une analyse suffisante. Grâce à une précision inférieure au millimètre le scanner augmente la qualité de l’analyse et permet d’observer les structures dans différents plans de l’espace (par exemple de face, de profil, par en dessous, en trois dimensions.etc.).

Docteur, comment se passe un arthroscanner?

L’examen se déroule en salle de radiologie en position allongée sur une table, les bras le long du corps. La première étape consiste à désinfecter la peau du poignet par badigeonnage avec un produit anti-septique. Le radiologue ponctionne l’articulation avec une aiguille fine en se guidant grâce aux rayons X puis injecte le liquide iodé et effectue des radiographies durant le remplissage à des moments qui lui semblent opportuns.
Afin d’analyser toutes les structures susceptibles d’intéresser le chirurgien plusieurs ponctions peuvent être nécessaires. Il existe en effet plusieurs compartiments articulaires dans le poignet. Ces compartiments ne communiquant naturellement pas à l’état normal entre eux sauf s’il existe une perforation anormale des ligaments, le radiologue devra les ponctionner à tour de rôle afin de faire un bilan complet. Ces compartiments au nombre de trois correspondent aux compartiments :

  • entre le radius et le cubitus (ou ulna) appelé radio-ulnaire distal
  • entre le radius et les os du carpe appelé radio-carpien
  • entre les os du carpe entre eux appelé médio-carpien.

La dernière étape de l’arthroscanner est bien sûr. le scanner : aucune ponction durant cette exploration.

>> Les compartiments du poignet (Redessiné d’après Zeitoun et Dumontier, Arthrographie et arthro-scanner du poignet, Masson éditeur). 1) Articulation radio-ulnaire distale. 2) Articulation radiocarpienne. 3) Articulation médiocarpienne. 4) Articulation piso-triquetrale. 5) Articulation carpo-métacarpienne du pouce. 6) Articulation carpo-métacarpienne commune. 7) Articulations intermétacarpiennes.


Un arthroscanner : cela fait-il mal ?

La ponction des compartiments articulaires n’est pas plus douloureuse qu’une prise de sang et par conséquent la plupart des équipes ne pratiquent pas d’anesthésie locale avant de piquer l’articulation. Par contre la mise en tension de l’articulation lors du remplissage par le liquide iodé peut être source d’inconfort en fin d’examen et dans les heures qui suivent ,parfois associé à un effet un peu irritant du produit dans l’articulation, et être soulagé par la mise au repos relatif du poignet pendant 24 h et les médicaments usuels contre la douleur (paracétamol..) en évitant l’aspirine qui peut favoriser un petit saignement dans l’articulation.

Docteur, y-a-t-il des précautions à prendre avant et après cet examen ?

Il n’est généralement pas besoin de venir à jeun et prenez vos médicaments habituels si vous suivez un traitement au long cours. Signalez lors de la prise de rendez-vous toute allergie et si vous bénéficier d’un traitement anti-coagulant c’est-à-dire servant à fluidifier le sang. Le poignet peut vous gêner un peu au retour notamment pour conduire et venez éventuellement accompagné pour éviter ce désagrément. Eviter la mobilisation intensive de ce poignet pendant 24 h (pas de sport de lancer de balle par exemple, de port de charge intensif. etc.).

Qu’allez-vous regarder sur mon arthroscanner ?

En dehors des os et de la hauteur des cartilages le radiologue va s’intéresser à des petits ligaments internes de l’articulation encore appelés ligaments intrinsèques pour cette raison.

Ces ligaments permettent la cohésion et la stabilité entre eux des os du poignet. En cas de lésion apparaissent des perturbations des mouvements des os entre eux engendrant progressivement une usure précoce des cartilage : l’arthrose.
Ces ligaments principaux aux noms complexes comprennent essentiellement :

  • le fibro-cartilage triangulaire ou ligament triangulaire
  • le ligament scapho-lunaire ( flèche entre le scaphoide S et le lunatum L)
  • ligament luno-triquétral ( flèche entre le lunatum L et le triquétrum T)
 

L’arthroscanner montre-t-il tout et faut-il toujours le faire ?

La réponse est NON.

NON l’arthroscanner bien que très performant ne l’est pas autant que l’arthoscopie car cette dernière visualise directement les structures, permet de tester leur résistance en les palpant.
et l’arthroscanner n’est pas obligatoire avant une arthroscopie ou la mise en route d’un traitement : chaque cas est particulier et votre chirurgien maîtrise parfaitement les indications de cet examen !

Quelles sont les complications possibles de cet examen ?

Un petit reflux sous la peau du produit de contraste injecté dans l’articulation peut survenir et ne présente généralement aucune gravité,le produit se résorbant tout comme dans l’articulation dans les heures suivant l’injection.
 
Les risques d’allergie au produit de contraste sont rares et de gravité variable mais apparaissent rarissimes lors des injections intra articulaires et le plus souvent sans conséquences.

Le risque infectieux lié au développement d’un germe dans l’articulation favorisé par la ponction est également très faible.Toutes les précautions sont prises par votre radiologue.Cette complication survient dans les jours suivant l’examen et se manifeste par des douleurs, un gonflement de l’articulation, de la fièvre. Dans ce cas ou si quelques chose vous inquiète contactez sans délai votre radiologue ou votre chirurgien pour le traitement.