La rhizarthrose

La rhizarthrose (Pascal Louis)

Qu’est ce que la rhizarthrose ?

La rhizarthrose est l’arthrose de la base du pouce : Il s’agit d’une arthrose qui touche spécifiquement un os : le trapèze. Cet os se situe entre le métacarpien et le scaphoïde.
La rhizarthrose atteint une femme sur six à partir de la cinquantaine, et souvent des 2 côtés à des stades différents.
Parfois l’arthrose est la conséquence d’une fracture, d’un rhumatisme ou d’une infection. Mais le plus souvent la cause exacte de l’arthrose n’est pas connue.Une association avec une arthrose des articulations interphalangiennes distales des doigts longs est fréquemment retrouvée. Cette arthrose peut également s’étendre à d’autres articulations ou d’autres os.

L’os touché par la rhizarthrose est le trapèze (entouré par des flèches jaunes).


Les symptômes

La rhizarthrose ne devient symptomatique que dans 20 % des cas
Le symptôme habituel est la douleur, surtout lorsqu’elle survient lors d’activités quotidiennes comme tourner une clé, ou manipuler de petits objets. Peu à peu, l’articulation se détériore puis se luxe : apparaît alors une déformation caractéristique de la base du pouce.

 ri6

L’arthrose entre le premier métacarpien et le trapèze entraîne une sub-luxation de la base du premier métacarpien qui donne un aspect de “bosse” à la base du pouce. Une autre conséquence en est une difficulté à ouvrir la première commissure, c’est à dire à écarter le pouce.

Le traitement

Initialement, le traitement est médical le repos, en évitant les gestes douloureux. Les anti-inflammatoires, une attelle maintenant le pouce. La rééducation à visée antalgique et anti-inflammatoire (électrothérapie, ultra sons) et éventuellement une infiltration doivent être tentés. Si ce traitement bien conduit pendant 6 mois à 1 an reste insuffisant, une intervention doit être envisagée.

Le traitement chirurgical de la rhizarthrose

Deux types d’interventions sont réalisées de façon courante :

Prothèse trapézo-métacarpienne

Ces prothèses ressemblent beaucoup à de petites prothèses de hanche, avec une tête sphérique métallique qui s’articule dans une cupule trapézienne en polyéthylène ou en métal. La fixation des pièces prothétiques dans l’os fait appel soit à la régénération osseuse (prothèses non scellées) soit à du ciment biologique (prothèses scellées).

proth Sans titre-14 copie

Exemple de prothèse trapézo-métacarpienne  : seules les surfaces articulaires du trapèze et du métacarpien ont été réséquées afin de mettre en place la prothèse. Le trapèze a été conservé.

Trapezectomie

C’est une intervention qui consiste à enlever le trapèze dont une ou plusieurs surfaces articulaires sont abimées par l’arthrose. Cette intervention est accompagnée le plus souvent de gestes d’interposition tendineuses afin d’éviter le recul du pouce (du fait de l’ablation du trapèze). Les résultats attendus sont la diminution de la symptomatologie douloureuse avec un retour à un secteur de mobilité satisfaisant . Il faut environ 6 mois pour avoir une idée du résultat de l’intervention, notamment en ce qui concerne la force de serrage de la pince pouce-index.

MINOLTA DIGITAL CAMERA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Exemple de trapézectomie : le trapèze a été enlevé pendant l’intervention d’où le “vide” existant entre le scaphoïde et le premier métacarpien.

 

Le choix entre les deux interventions dépend de l’usure du trapèze, de l’âge du patient, de ses motivations et de l’acceptation du traitement proposé et de ses conséquences. C’est au cours de la consultation que le patient fera son choix, après en avoir discuté avec le chirurgien.

Les risques spécifiques

Une trapézectomie peut entraîner un recul du pouce; cette complication est rare, mais peut nécessiter une reprise chirurgicale.

Une prothèse peut se luxer ou se desceller. Dans les deux cas de figure, une intervention sera nécessaire pour changer la prothèse ou réaliser son ablation avec, dans le même temps, la réalisation d’une trapézectomie.

Pour chacune des deux interventions, des risques non spécifiques existent : infection, troubles sensitifs, cicatrice douloureuse, algodystrophie, etc.

Après l’intervention

Vous sortirez de la clinique ou de l’hôpital le jour même (chirurgie ambulatoire) ou le lendemain de l’intervention, avec une attelle maintenant le pouce “écarté” de façon à éviter les douleurs et faciliter la cicatrisation.
Vous reviendrez en consultation avec votre chirurgien dans les trois premières semaines pour vérifier la cicatrice.

La rééducation sera débutée entre la troisième et la sixième semaine en fonction du type d’intervention réalisé.
Une récupération complète peut demander 3 à 6 mois après trapezectomie. 6 semaines à 3 mois sont habituellement nécessaires après prothèse.