Nouveaux materiels

Les implants de dernière génération

Vis à double pas (Type Herbert)

Ces vis comportent un double pas de vis à chaque extrémité dont le diamètre est différent. La partie centrale de la vis est dépourvue de filetage. Le pas de vis conducteur est supérieur au pas suivant. L’insertion de la vis permet d’obtenir une traction limité et une compression maximale qui est definie par la différence des pas de vis.
Ces vis ont comme avantage l’enfouissement total de leur tête elle-même constituée par un pas de vis et sont utilisées pour l’ostéosynthèse en compression des os de petite taille (scaphoïde, tête radiale, métacarpiens) ou la réalisation d’ostéotomies (scarf). Il a toutefois été montré que la compression exercée par ces vis n’excédait pas 0,7 mm.

>> Vis à double pas (Laboratoire ZIMMER SA)

Vis coniques

Comme leur nom l’indique, ces vis ont une forme de cône. Le pas de vis change progressivement sur toute la longueur de la vis. Cela permet d’obtenir une compression intra fragmentaire et une traction limité. Le fonctionnement est donc similaire à la vis type Herbert. La vis est conique, parce que le filetage est coupé progressivement au cours de l’insertion de la vis.

>> Vis conique Acutrack (Laboratoire ACUMED SA)

Vis à compressions sans tête

Ces types de vis consistent aussi de deux parties filetées. Mais les deux parties ont le même pas de vis. L’avantage de ces types de vis est, que le chirurgien a une influence direct sur la compression et qu’il est possible de faire une vrai technique de réduction. Techniquement il y en à deux solutions pour obtenir de la compression:
1. Le filetage dirigeant est fixe sur le tige et le filetage suivant peut se tourner librement sur le tige. Technique: La vis est enfoncée avec un tournevis jusque le positionnement final. Enfin avec un deuxième tournevis la partie suivant est tournée jusque la compression désiré est achevé.

2. Durant l’insertion de la vis jusque à la compression désirée la tête filetée de la vis est a l’intérieur d’une douille qui empêche l’enfoncement de la tête. Cela permet à la vis de fonctionner comme vis de traction. La compression obtenue, la vis est définitivement noyée dans l’os avec un tournevis.

 

>> De haut en bas : vis Twinfix (Laboratoire STRYKER SA), vis ICOS (Laboratoire NEWDEAL SA), vis sans tête du laboratoire SYNTHES SA

Vis à tête verrouillée ou autres types de vis verrouillable

Ce type de vis est uniquement utilisé avec une plaque. La tête filetée permet de verrouiller la vis dans une plaque prévue à cet effet. Verrouillées, la vis et la plaque forment alors un implant unique et stable à angle fixe. La vis devant surtout résister à des forces en flexion, le diamètre de l’âme de la vis sont important par rapport au diamètre extérieur..
L’avantage de ce type d’implant est la stabilité obtenue aussi bie dans les fractures complexes que dans l’os porotique. Une rééducation postopératoire précoce est donc possible.

>> Vis bloquée (Laboratoire SYNTHES SA) : noter le pas de vis présent également dans la tête de la vis et qui permet de la verrouiller dans la plaque.

Jonction vis/plaque : quelles différences entre les différents systèmes existant ?

Il y plusieurs façons d’obtenir une fixation plus ou moins stable entre plaque et vis. Nous allons faire une description des principes les plus répandus

1. Sytèmes vis / douille.

Une vis est stabilisée dans un angle choisi par le chirurgien en venant verrouiller une douille sur la tête de la vis. Un tel système permet donc de choisir l’angulation de la vis dans certaines limites. L’inconvénient de ce système réside dans l’épaisseur de la plaque induit par la douille et la stabilité angulaire réduite par rapport à des systèmes fixes. Ce type de système a aussi besoin d’un contact direct entre l’os et la plaque.

>> Système de vis bloquées produit par le laboratoire ZIMMER SA. Les vis peuvent avoir un débattement de 15°.

2. Systèmes basés sur l’écartement de la vis ou d’un anneau ou d’une douille

Pour accroître la stabilité, un autre moyen consiste à écarter un anneau ou une douille. La friction entre la plaque et la vis augmente et une certaine stabilité angulaire est obtenue. Ce type de système a les mêmes avantages ou limitations que les systèmes simple vis / douille, sauf qu’un contact direct entre plaque et l’os n’est pas nécessaire.

>> Système Numlock II (Laboratoire STRYKER SA)

3. Systèmes basés sur la déformation plastique

La vis a une tête filetée, laquelle entraîne une déformation plastique d’une lèvre située dans la plaque. Dans ce système, il est également possible de choisir l’angulation de la vis dans certaines limites. Techniquement ce système fonctionne bien avec du titane et des petites plaques.

>> Système Litos

4. Systèmes directement verrouillable

Actuellement les systèmes les plus répandus et qui sont sur le point de remplacer les plaques conventionnelles, sont basés sur une plaque comprenant des trous coniques filetés et des têtes de vis coniques et filetées. Cette solution permet d’obtenir une stabilité angulaire maximale et de produire également des plaques préformées anatomiquement avec une épaisseur relativement faible respectant les tissus mous. Les systèmes comme par exemple LCP de Synthes ou PeriLoc de Smith Nephew permettent également le placement de vis standard dans les situations où soit une compression, soit une réduction parfaite sont nécessaires ou désiréés par le chirurgien.