Fractures du poignet aux Etats Unis

Fractures du poignet aux Etats Unis (David Nelson)

Avertissement

Cette page a été écrite par le Docteur David Nelson qui est un référent dans le traitement des affections du poignet aux Etats Unis. Le Docteur Nelson m’a proposé d’inclure cette fiche dans le site internet que j’ai crée.
La comparaison du traitement des fractures du poignet telle qu’elle est perçue en France et aux Etats Unis est extrêmement intéressante aussi bien par ses différences que par ses valeurs communes.

Dr JM Cognet

Introduction

J’ai écrit cet article en 2005 pour la Société Américaine de Chirurgie Orthopédique pour le site internet destiné à l’information aux patients. Cet article est disponible sur leur site. Cet article a été rédigé en termes simples mais contient également des termes médicaux. Un glossaire vous aidera à mieux comprendre ces termes.

>> Le plus grand des deux os représentés sur le schéma ci-dessus s’appelle le radius. Il est situé sur l’avant-bras du coté du pouce. L’os de plus petite taille s’appelle l’ulna et se situe sur l’avant-bras du coté du petit doigt.

Qu’est-ce que c’est ?

Quand on tombe sur la main, celle-ci étant tendue, il arrive qu’on se « casse le poignet ». L’os qui est habituellement cassé s’appelle le radius. C’est le plus gros des deux os représentés sur le schéma ci-dessus. La partie basse du poignet est appelée partie distale du poignet. Le terme médical pour « os cassé » est fracture. C’est pourquoi, le terme médical le plus souvent utilisé pour désigner un «poignet cassé » est celui de fracture du radius distal (ce qui veut dire que c’est le plus grand des deux os du poignet qui est cassé dans sa partie basse).

Ce type de fracture est très frequent. En réalité, le radius est l’os le plus souvent cassé au niveau du bras. Cela se produit habituellement quand vous tombez par terre, les mains tendues. Cela peut aussi se produire dans un accident de voiture, de vélo, de ski ou d’autres situations du même genre. Parfois, l’autre os de l’avant-bras (l’ulna) est aussi cassé ; on appelle cela une fracture distale de l’ulna.

La fracture du poignet a été décrite en premier par un Chirurgien et Anatomiste Irlandais, Abraham Colles, en 1814 dans le « Edinburgh Medical Surgical Journal » et est quelques fois appelée Fracture de Colles.

Un poignet cassé cause habituellement des douleurs et un odème, et fréquemment une déformation, ce qui donne un aspect tordu au poignet. Vous devez consulter votre médecin pour le diagnostic. Votre médecin vous prescrira des radiographies du poignet. La fracture (la partie de l’os qui est cassée) se situe le plus souvent à proximité de l’articulation. Si la fracture atteint l’articulation, elle porte alors le nom de fracture intra-articulaire. Si la fracture n’atteint pas l’articulation, elle porte le nom de fracture extra-articulaire. Si la fracture a ouvert la peau, il s’agit d’une fracture ouverte. Si l’os est cassé en multiples fragments, c’est-à-dire plus de deux, la fracture est dite comminutive. Une fracture est plus difficile à traiter si elle est intra-articulaire, ouverte ou comminutive.


 

>> Radiographie d’un poignet normal vu de face (à gauche) et de profil (à droite). Sur l’image de gauche, le radius est le plus large des deux os.


 

>> Radiographie d’une fracture typique du radius distal vue de face (à gauche) et de profil (à droite). Sur ces phototgraphies, la fracture (l’endroit où l’os est cassé) est indiqué par des flèches. Les autres espaces noirs représentent les articulations.


Facteurs de risque / Prévention

De nombreuses fractures du radius distal survenant chez des patients de plus de 60 ans sont dues à l’ostéoporose (diminution de la densité osseuse) ce d’autant plus que la chute était peu violente (chute depuis une position assise par exemple). Ces fractures peuvent survenir également sur des os de bonne qualité si le traumatisme est important (accident de voiture ou chute de vélo par exemple). La meilleure prévention est de se maintenir en bonne santé, d’éviter l’ostéoporose et les chutes. Les patients âgés souffrant de troubles de l’équilibre, nécessitent plus d’attention pour éviter les chutes. Le port d’attelles de poignet peut éviter quelques fractures, mais pas toutes.

Symptomes

Quand vous avez une fracture du radius distal, cela veut dire que vous avez eu un traumatisme du poignet ou que vous êtes tombé. Vous avez habituellement des douleurs et un odème du poignet ou de l’avant-bras. Vous pouvez également avoir une déformation du poignet si la fracture est suffisamment déplacée. La présence d’un hématome (coloration noire ou bleue) est fréquente. Allez voir votre médecin traitant si vous avez des douleurs importantes de telle façon qu’il puisse vous immobiliser. Vous pouvez également aller voir d’emblée un Chirurgien Orthopédiste qui a généralement la possibilité de réaliser des radiographies et faire ainsi le diagnostic. Si le cabinet de votre médecin est fermé, que la douleur est modérée et que le poignet n’est pas déformé, vous pouvez habituellement attendre jusqu’au lendemain. Vous devez aller dans un service d’urgences si votre poignet est très douloureux, déformé, que vos doigts sont engourdis ou qu’ils ont perdu leur couleur rose. Il est également possible de protéger le poignet avec une attelle, appliquer de la glace et le surélever jusqu’à ce que vous alliez consulter votre médecin.

Traitements possibles

Il y a de nombreux traitements possibles. Votre Chirurgien Orthopédiste vous expliquera le traitement le plus adapté pour votre fracture. Le choix dépends de nombreux facteurs comme la nature de votre fracture, votre âge, votre niveau d’activité, ainsi que les habitudes de votre chirurgien. Nous allons maintenant évoquer les différents traitements possibles pour que vous puissiez avoir une meilleur idée de ce que pourrait vous recommander votre chirurgien orthopédiste.
Une des possibilités est de laisser l’os consolider tel quel s’il est en bonne position. Votre médecin peut mettre en place une attelle plâtrée jusqu’à ce que l’os consolide. Si l’os n’est pas en bonne position (correctement aligné) et que la déformation risque de limiter la fonction future de votre bras, votre chirurgien orthopédiste peut suggérer de corriger la déformation (le terme médical pour corriger une déformation est réduction).

Si l’os est remis droit (réduit) sans ouvrir la peau, on appelle cela une réduction à foyer fermé. Après que l’os ait été correctement aligné, une attelle ou un plâtre peuvent être mis en place sur votre bras. Une attelle est habituellement utilisée pendant les premiers jours, en raison de l’odème. Cette attelle est remplacée par un plâtre circulaire quelques jours après, une fois que l’odème s’est résorbée en partie, et changée à nouveau 2 à 3 semaines après quand l’odème a encore diminué et que le plâtre pourrait bouger. Des radiographies sont réalisées, en fonction du type de fracture, chaque semaine pendant 3 semaines, puis à 6 semaines (si la fracture a été réduite ou est instable) ou moins souvent si la fracture n’a pas nécessité de réduction ou si elle est stable. Le plâtre est habituellement enlevé 6 semaines après la survenue de la fracture. C’est alors que la rééducation est débutée pour accroître la mobilité et récupérer la fonction du poignet fracturé.


 

>> ci-dessus, un exemple d’une plaque avec des vis mises en place par le chirurgien pour maintenir les os en bonne position après que le chirurgien soit intervenu pour réaliser une réduction à ciel ouvert. La plupart du temps, on laisse la plaque, sans l’enlever secondairement ce qui ne cause aucun problème. (Non, vous ne sonnerez pas en passant les portiques de détection des aéroports !)


>> Ceci est un exemple de fixateur externe mis en place pour maintenir les os en bonne position. Parfois, un chirurgien peut utiliser cette solution quand l’os est cassé en de trop multiples petits fragments (fracture comminutive) pour qu’on puisse mettre en place une plaque et des vis. Le fixateur externe peut être enlevé en consultation 6 à 8 semaines après l’intervention. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela ne fait pas mal et une anesthésie n’est généralement pas nécessaire.


A quoi puis-je m’attendre pendant que mon os consolide ?

Cette question est simple. Malheureusement, la réponse ne l’est pas. Les fractures du radius distal sont tellement différentes les unes des autres et les options thérapeutiques tellement variées, qu’il est difficile de savoir à quoi s’attendre exactement. La plupart des fractures deviennent peu douloureuses en l’espace de quelques jours voire en une à deux semaines. Pour la plupart des patients, le fait de laisser le bras surélevé (c’est-à-dire au dessus du niveau du cour), de mettre de la glace, suffit à diminuer les douleurs, sans forcément prendre des médicaments en plus. Votre médecin traitant pourra toutefois vous prescrire des médicaments (en général une association d’antalgiques et d’anti-inflammatoires : action synergique) pour diminuer les douleurs. Si la douleur est très importante, certains patients peuvent avoir besoin de médicaments plus puissants pendant quelques jours (morphiniques). Tout cela pourra être discuté avec votre médecin traitant.

Les plâtres et les attelles doivent être protégés de l’humidité, il faut donc utiliser un sac étanche autour du bras pour prendre votre douche. Si vous mouillez votre attelle, celle-ci sèchera difficilement (vous pouvez essayer à l’aide d’un sèche-cheveux). Il n’existe pas de plâtre ou d’attelle résistant à l’eau, mais il existe d’autres options avec des avantages et des inconvénients. Discutez-en avec votre médecin traitant.
Les incisions chirurgicales doivent être gardées propres et à l’abri de l’humidité pendant au moins cinq jours ou jusqu’à ce que les points de suture aient été enlevés.

A quoi puis-je m’attendre après la consolidation de ma fracture ?

Ce que tout le monde se demande : « pourrais-je reprendre mes activités antérieures et quand ? ». C’est une question importante qui semble également simple et évidente, mais la réponse est difficile. La plupart des patients reprennent leurs activités antérieures, mais que va-t-il se passer vous concernant, en fonction de la fracture, du type de traitement, de la décision du chirurgien et de la réponse de votre organisme au traitement ? Vous aurez besoin de discuter de votre cas avec votre médecin, mais quelques généralités peuvent être dégagées.

  •  Le plâtre est enlevé dans la plupart des cas au bout de 6 semaines
  • La plupart des patients débuteront la rééducation, si leur médecin pense que c’est utile, de quelques jours à quelques semaines après l’intervention ou juste après que le plâtre ait été enlevé
  • La plupart des patients seront en mesure de reprendre des activités modérées comme la natation ou la gymnastique sans effort important un à deux mois après que le plâtre ait été enlevé ou après la chirurgie.
  • Beaucoup de patients pourront reprendre des activités physiques importantes comme le ski ou le football entre 3 et 6 mois après leur intervention.
  • Certains patients conserveront une raideur du poignet qui diminuera dans les deux mois qui suivront l’ablation du plâtre et qui continuera à diminuer pendant encore un à deux ans.
  •  La période de récupération durera au moins un an. Vous sentirez encore des douleurs lors d’efforts pendant un certain temps. Une raideur résiduelle peut persister pendant deux ans ou de façon permanente, surtout pour les traumatismes à haute énergie (comme les accidents de moto), les patients âgés de plus de cinquante ans ou les patients souffrant d’arthrose. Toutefois, la raideur reste en général modérée et n’affectera pas vraiment la fonction du poignet.
Souvenez-vous que ces considérations sont d’ordre général et ne s’appliqueront pas forcément à votre cas. Demandez plus d’informations à votre médecin concernant votre cas. Votre médecin sait que reprendre vos activités antérieures est important pour vous.
 
Il faut également signaler que l’ostéoporose est un facteur incriminé dans près de 250 000 fractures du poignet survenant aux Etats-Unis chaque année. Il serait intéressant de rechercher l’existence d’une ostéoporose chez des patients ayant présenté une fracture du poignet, surtout s’ils ont d’autres facteurs de risque. Demandez à votre médecin si une telle recherche est nécessaire.